mardi, avril 7

Image préliminaire de Marie de l’Incarnation

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Les recherches amorcées l’automne dernier sur un masque mortuaire afin de reconstituer le visage de Marie de l’Incarnation, fondatrice des Ursulines en Nouvelle-France, ont permis de donner une image préliminaire de ce à quoi aurait pu ressembler la religieuse.

À l’origine de ces travaux, il n’y avait qu’un masque mortuaire que l’on croit être celui de Marie de l’Incarnation, née en 1599 à Tours, en France, et décédée le 30 avril 1672, à Québec.

Après une numérisation surfacique effectuée dans une clinique de Québec, une image numérique en a été tirée et un visage est apparu.

C’est un laboratoire français spécialisé dans ce domaine qui a eu le mandat de donner un visage à Marie de l’Incarnation. Il a déjà reconstitué des visages d’autres personnages célèbres, comme le roi Henri 4 et Marie Madeleine.

Si le masque a permis de reconstituer la base du visage de Marie de l’Incarnation, des éléments importants restent à ajouter, comme la couleur de sa peau et de ses yeux. Les quelques représentations qui existent de Marie de l’Incarnation en noir et blanc ne donnent pas d’indice à ce sujet et des recherches plus poussées seront nécessaires.

Mais en plus de l’image, les résultats des analyses afin de déterminer l’âge du masque seront aussi essentiels. C’est de cette façon que l’on pourra notamment valider que le masque a pu être celui de Marie de l’Incarnation, qui avait 72 ans au moment de son décès.

On sait que le plâtre est arrivé en Nouvelle-France après la mort de Marie de l’Incarnation. Donc, si le masque est en plâtre, on va savoir que ce n’est pas elle

a dit Philippe Roy-Lysencourt, professeur d’histoire à la faculté des sciences religieuses de l’Université Laval, qui participe à ce projet.

Quelques semaines de travail seront encore nécessaires afin d’avoir une image finale de ce qui aurait pu être Marie de l’Incarnation.

José Laganière,TVA Nouvelles

Source  : https://www.tvanouvelles.ca/2020/01/30/image-preliminaire-de-marie-de-lincarnation

Partagez :

About Author

Philippe Roy-Lysencourt

Docteur en Histoire et docteur en Sciences des religions, est professeur de théologie et d’histoire des religions. Responsable scientifique du Centre d’Études Marie-de-l’Incarnation (CÉMI), il est titulaire de la Chaire de leadership en enseignement Marie-de-l’Incarnation sur l’interculturalité et la rencontre interreligieuse. Il a enseigné et/ou fait de nombreux séjours de recherche dans des laboratoires universitaires au Canada, en France, en Belgique et en Italie. Ses recherches portent essentiellement sur l’histoire du christianisme moderne et contemporain, tout particulièrement sur le concile Vatican II, sur le traditionalisme catholique, sur les relations de l’Église catholique avec le judaïsme, sur les relations diplomatiques du Saint-Siège et sur l’histoire religieuse de la Nouvelle-France. En 2015, il a fondé l’Institut d’Étude du Christianisme à Strasbourg et il en assure la direction.

Les commentaires sont fermés.